Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le blogueur Julien Frisch  tire sa révérence. A cette occasion, Touteleurope.fr l'a contacté pour connaître les raisons de l'arrêt d'un blog qui fonctionnait bien et était reconnu comme l'un des meilleurs dans "l'eurosphère". Il faut dire que "Julien" (c’est un pseudonyme) était l’un des blogueurs les plus lus sur Bruxelles. En "bon européen", il parle parfaitement allemand (c’est un Ossi), anglais et français. Ces posts étaient souvent pertinents et de première main. Il sortait ainsi régulièrement avant les autres des infos sur des documents des Conseils ou de la Commission. Il arrête car cela lui prend trop de temps et que son activité de lobbying commence à être en contradiction avec son blog … Cependant, il continuera à apporter son aide sur Bloggingportal.eu qu’il soutient depuis le début.


Touteleurope : Pourquoi arrêtes-tu ton blog ?

Julien Frisch : Comme je l'ai écrit, c'était un peu difficile de maintenir un pseudonyme tout en vivant ici-même à Bruxelles. Surtout que je travaille avec les gens que j'interviewe dans le cadre de mes recherches en sciences-politiques, spécifiquement sur les questions de politiques européennes. Je ne veux pas faire des interviews sous mon propre nom avec des gens et écrire des choses politiques sur le même sujet (assez proches peut-être) après. Je me ferai critiquer d'un point de vue éthique parce que je ne serai pas au standard scientifique. C'est une des raisons les plus importantes pour lesquelles j'arrête ce blog.

Touteleurope : Que voudrais-tu qu'on retienne de ton blog ?

Julien Frisch : J'ai pu montrer que sans être de Bruxelles, sans vraiment bien connaître la politique bruxelloise européenne, on peut en faire une analyse assez profonde et venir en contact avec ceux qui font la politique ici. Voire les influencer sur des questions touchant les citoyens de l'Union. On dit par facilité que Bruxelles est loin, qu'on ne peut pas avoir d'influence, que ce sont des bureaucrates. Mais à la fin, avec des efforts, on peut l'influencer.

Touteleurope : Tu as écrit sous pseudonyme, qui se cache derrière Julien Frisch ?

Julien Frisch : Je suis Allemand de naissance, mais j'ai déjà vécu en France deux fois : à l'école et durant mes études, donc je me sens assez proche de la France aussi. Mais j'ai aussi vécu dans d'autres pays de l'Europe de l'Est comme l'Estonie.

Touteleurope : Ce profil particulier t'a-t-il aidé à t'intéresser aux questions européennes ?

Julien Frisch : Oui. J'ai grandi dans un environnement assez européen. Mes parents étaient également amis après la Chute du Mur avec des gens dans tous les pays européens. Quand j'ai vécu pour la première fois en Europe de l'Est, j'avais une forte orientation vers l'Ouest. Donc l'Europe, c'était les échanges avec la France. Mais en habitant à l'Est, j'ai vu que l'Europe était plus que cette vision binationale. Si on comprend les problèmes, l'histoire de l'Europe de l'Est un peu mieux, l'Europe est autre chose que ce qu'on a créé il y a 50 ans. Je me sens comme un Européen plus profondément du fait de mon parcours personnel par rapport à beaucoup de monde qui se sentent Européens dans une dimension plus limitée.

Touteleurope : Cela fait deux ans que tu as ouvert ton blog. Quelle évolution as-tu perçu dans l'eurosphère ?

Julien Frisch : Quand je suis arrivé, j'avais l'impression que c'était un endroit assez confidentiel. Il n'y avait pas beaucoup de monde et d'activité. J'ai commencé en plus à l'été 2008, donc au moment de la pause estivale. Après, il y avait beaucoup de sujets sur la guerre entre Russie et Géorgie. Aujourd'hui c'est plus vivant et on a l'impression que ça grandit. Surtout avec Twitter qui a ajouté une couche d'interaction qui va plus loin que le blogging. Notamment dans les relations entre les différentes publications des billets ainsi qu'avec des gens qui n'ont pas forcément de blogs. On a l'impression de participer à de vraies discussions européennes, même si cela reste dans une petite bulle.

Toute de même, cela a grandit par rapport au petit monde que j'ai connu il y a deux ans.

Touteleurope : Il y a de plus en plus de blogs de filles sur les questions européennes. Comment s'inscrivent-elles dans cette évolution ?

Julien Frisch : Dans la sphère allemande, il y a plusieurs blogueuses qui écrivent en allemand, en anglais ou en français, comme Vasistas. C'est une personne ayant de bonnes connexions avec la blogosphère allemande et cela permet de lier celle-ci avec la sphère bruxelloise. Je réalise également des traductions d'interviews avec les commissaires du sexe féminin que Prune Antoine du blog "L'Europe en Blogs" a réalisé en français et en anglais pour un blog féministe par exemple.

Plus globalement, cela commence avec des gens qui arrivent de l'Allemagne à Bruxelles et qui font le pont vers les autres sphères. Cela va devenir de plus en plus important dans toute l'Europe et créer une sphère plus large.

Touteleurope : Vas-tu continuer l'aventure Bloggingportal.eu?

Julien Frisch : J'en suis l'un des responsables, je participe à choisir des articles de blogs pour le "choix des éditeurs" sur la page principale et le RSS. Et je vais y rester. Je trouve que c'est important d'avoir cet endroit sur le web pour concentrer un peu une sphère qui semble être une bulle mais avec des personnes très différentes. Il faut choisir de bons contenus pour montrer qu'il y a lien entre les uns et les autres. Bloggingportal est différent des autres plateformes car les blogueurs n'écrivent pas chez nous directement. Comme éditeurs bénévoles, nous essayons de trouver les blogs sur les questions européennes et d'être une sorte de noyau central. Pour que les gens aient l'impression d'être dans une communauté sans pour autant être sur une seule plateforme. Blogactiv.eu par exemple est dans l'esprit d'une plateforme unique alors que, nous, nous voulons créer des connexions entre les blogueurs individuels.

Touteleurope : Que souhaites-tu pour l'Europe dans l'avenir ?

Julien Frisch : C'est une grande question... Ici à Bruxelles, tout le monde a compris que l'Europe politique est importante. Ce sentiment se renforce avec chaque personne qui arrive ici. C'est directement dans les pays membres de l'UE qu'il faut commencer à comprendre que les décisions prises à Bruxelles le sont aussi dans les processus de décisions nationaux. Il faut donc également chercher à influer la politique européenne à Paris, à Berlin, à Varsovie...

J'espère que les sphères nationales vont se réveiller bientôt pour éviter que Bruxelles deviennent encore plus lointaine pour le citoyen. Voilà ce que j'espère : que cet espace contenant pour moi 47 pays ait une intégration politique plus importante avec des pays des Balkans ayant plus de liens avec l'Ouest, de bonnes relations avec la Russie et que la Biélorussie devienne démocratique...

Consultez le dernier billet de Julien Frisch ici



PUBLIÉ SUR SUR LA TOILE EUROPÉENNE | MOTS CLÉS BLOG BRUXELLES EUROSPHÈRE TWITTER

4 commentaires

Réagissez

1. (02-07-2010) Europasionaria

Bel article Julien! Mais tu aurais pu me citer dans les blogs de fille tout de même! ;-)
Merci l'artiste et bonne continuation.

2. (03-07-2010) Danilo Lemos

Excellent blog, as it has an education and information wondrous and constructive ..

3. (04-07-2010) SF

Appel du 4 juillet pour la fondation d’un blog collectif européen

http://europeanelection2009.blog.le...

4. (05-07-2010) Vasistas?

Merci J.F. pour la mention... nous sommes même à deux (une française et une allemande) :)

Votre commentaire





Fil des commentaires de ce billet