Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le journaliste de Sky News, Philip Turle, est intervenu en chat sur la page Facebook de Touteleurope. C'était la première fois que nous organisions un tel évènement. Les réponses de Philip Turle ont permis d'éclairer la campagne qui se finit ce jeudi 6 mai 2010. Les questions posées par les internautes montrent également la perception qu'ils ont eu de la campagne britannique ici en France.


L'immigration, un des sujets principaux de la campagne

L'immigration fut un des thèmes principaux de l'élection. "Cela a vraiment pris de l'ampleur lorsque Gordon Brown a rencontré Gillian Duffey et qu'elle s'est plainte du nombre d'Européens de l'Est vivant dans le pays. Les libéraux ont proposé d'introduire une loi d'amnestie pour les immigrants illégaux vivant sur le territoire depuis dix ans et de leur donner un permis de travail pour éviter qu'ils tombent entre les mains des criminels. La mesure a été critiquée par les Conservateurs qui y voient un signal fort pour qu'il y ait encore plus d'immigrants illégaux dans le pays. Le Labour a réussi à mettre un frein à l'immigration illégale. Le BNP qui est le parti le plus à droite a fait campagne sur ce thème lors de la dernière élection mais n'a reçu qe 0,7% des voix. Plusieurs analystes pensent qu'ils vont faire un meilleur score cette fois-ci. Depuis que le Labour est au pouvoir en 1997, on estime à 5 millions le nombre de personnes qui ont réussi à entrer au Royaume-Uni."


Un mode de scrutin critiqué

Le scrutin britannique est uninominal à un tour : celui qui obtient le plus de voix emporte directement le siège, même s'il n'a pas plus de 50% des suffrages. A la différence de ce qui se passe en France, il n'y a pas de deuxième tour. Alexis Prokopiev critiquait ainsi dans une question le fait qu'un parti pouvait être majoritaire alors qu'il ne récoltait même que 35% des voix. Voici la réponse de Philip Turle: "il n'y aucun doute pour moi que la Grande Bretagne reste une démocratie. Nous votons librement et nous choisissons nos députés. Le problème est peut être le système électorale à une seule tour qui changera peut-être un jour. Mais la Grande Bretagne n'est pas une dictature et la Reine qui n'est pas élue ne contrôle rien et n'a aucun pouvoir. Ai-je besoin de dire plus ?" Cette élection est cependant un peu particulière puisque le traditionnel bipartisme des scrutins anglais a été chamboulé par l'émergence d'un troisième homme: Nick Clegg.

Le phénomène Nick Clegg

Plusieurs questions ont tourné sur le rôle possible de Nick Clegg dans cette élection : "Clegg n'a aucune chance sauf miracle de devenir Premier ministre. Par contre, Clegg peut jouer le rôle d'arbitre surtout s'il arrive en deuxième position devant le Labour et derrière les Conservateurs. Dans cet hypothèse, le Labour aura besoin de lui et de son parti pour pouvoir gouverner. Ce résultat pourrait empêcher les conservateurs de gouverner. C'est pour cette raison que David Cameron répète qu' "un vote pour Clegg est un vote pour le Labour"."

A la question de savoir si on pouvait voir en Clegg "le nouveau Bayrou anglais", Philip Turle estime qu'il est "difficile de comparer des hommes politiques français et anglais, mais je ne crois pas qu'on puisse dire que Clegg est le Bayrou anglais. Clegg n'a jamais été ministre au gouvernement Britannique. Il n'a pas non plus crée son propre parti et à l'inverse de Bayrou il a tout un parti et des députés derrière lui." Le journaliste de Sky News voit plutôt une autre comparaison possible : "il y a peut-être par contre une comparaison à faire entre David Cameron et Nicolas Sarkozy de l'époque 2007 lorsqu'il était lui aussi candidat." 

Avec un troisième parti, la question des alliances se pose

Concernant les alliances possibles pour les Libéraux Démocrates: "Nick Clegg a fait comprendre qu'il n'aimerait pas gouverner avec Gordon Brown. Il exigerait qu'il soit remplacé soit par David Milliband, le ministre des affaires étrangères, soit par Alan Johnson, le ministre de l'intérieur. Concernant les Conservateurs, Clegg demande un nouveau système électoral en Grande-Bretagne alors que les Conservateurs ont indiqué qu'ils vont garder le système actuel. Un autre possible sujet de désaccord, donc. Mais depuis une semaine, Clegg est devenu un peu moins exigeant car il a été perçu comme trop "arrogant" par l'électorat."


Sur twitter, Sauvons l'Europe s'intéresse à l'apport européen du LibDem en cas d'accord, voici la réponse du journaliste anglais : "il est sûr qu'une coalition "Lab-LibDem" serait plus "européenne" qu'une coalition "Con-LibDem". Nick Clegg est le plus européen des trois candidats et David Cameron le plus eurosceptique. D'ailleurs, la difference entre Clegg et Cameron sur l'Europe pourrait jouer dans la négociation entre les deux partis pour un éventuel gouvernment de coalition. Une chose est certaine: la politique britannique sur l'Europe risque de changer avec un gouvernement Conservateur."

La question afghane fait peu débat

Amelia s'interrogeait sur un possible changement de la politique militaire du Royaume-Uni vis-à-vis de l'Europe. Malheureusement, "aucune référence n'a été faite sur l'implication de la Grande-Bretagne dans une force militaire européenne. Je pense que la question militaire ne crée pas de grandes différences, les trois partis disant qu'ils vont garder les troupes en Afghanistan tant que ce sera la seule solution pour stopper l'expansion du terrorisme dans le monde. Il y a des différences sur la question du déploiement des troupes britanniques."

L'aspect économique des programmes

"Les programmes économiques sont un peu confus. De manière basique, le Labour soutient que l'Etat doit soutenir l'économie jusqu'à la fin de la récession. Les Conservateurs veulent réduire quant à eux de 6 milliards les dépenses de l'Etat. Les trois partis demandent aux banques de rembourser les aides perçues au moment de la crise. Nick Clegg a dit qu'il voulait réduire la taille des plus grandes banques pour stopper tout nouvel effondrement. Il veut également qu'on sépare les banques d'affaires de celles touchant le grand public pour préserver in fine l'épargne populaire."


L'écologie a-t-elle franchie la Manche ?


Plusieurs questions ont eu trait à la question environnementale dans la campagne: comme la possibilité d'avoir un premier élu vert à la Chambre des Communes ou sur le poids de l'écologie dans les débats. Réponse de Philip Turle : "Chaque parti a expliqué que l'environnement est une priorité. Le Labour a promis une réduction de 80% des gaz à effet de serre pour 2050, alors que les Libéraux promettent moins 100% par 2050 !

Ce qui est très ambitieux, peut-être trop... Les conservateurs veulent un accord global pour la réduction des gaz à effet de serre et une réduction de 80% pour 2050. Donc les trois partis ont un programme, mais je crains que ce programme ne soit pas une priorité. Je pense que le plupart des Britanniques comprennent que l'écologie est un défi qu'il faut relever et que notre avenir en dépend. Mais il y a peu de Britanniques qui comprennent que l'Europe soit essentiel!" conclue-t-il.

La campagne des politiques... or not !

Une des certitudes en plus de la percée de Nick Clegg, c'est la mauvaise campagne de Gordon Brown pris au milieu de plusieurs polémiques. Sébastien se demande ainsi : "que pensez-vous du soutien apporté par Tony Blair à Gordon Brown ? Une bonne ou une mauvaise chose pour les travaillistes ?" Philip Turle "pense que le Labour est tellement en mauvais état dans cette campagne que le soutien de Tony Blair ne change pas grand chose. Toutefois, il y a certains députés du Labour qui aurait aimé que Tony Blair ne revienne pas. Il reste très controversé en Grande-Bretagne, surtout concernant la guerre en Irak."

Autre révélation... la femme de David Cameron: "nous avons eu le plaisir de découvrir la femme de David Cameron qui s'appelle Samantha. Son petit nom est Sam Cam! Elle aide son mari a paraître moins hautain et plus "ordinaire". Il faut dire qu'elle a réussi son pari. En plus, au grand plaisir de tous, elle est enceinte! Nous avons beaucoup vu Sam Cam et aussi la femme de Gordon Brown, mais paradoxalement beaucoup moins celle de Nick Clegg. Vu la spectaculaire percée de ce dernier dans les sondages, on peut se poser la question sur l'efficacité des femmes des hommes politiques en campagne..."

Si vous vous demandez à quoi ressemble "Sam Cam", vous lui trouverez sûrement une ressemblance avec une autre première Dame... Faîtes vous votre avis: 

PUBLIÉ SUR SUR TOUTELEUROPE.EU | MOTS CLÉS BROWN CAMERON CHAT CLEGG FACEBOOK GRANDE-BRETAGNE LABOUR LIBDEM ROYAUME-UNI TURLE ÉLECTIONS

aucun commentaire

Réagissez

Votre commentaire





Fil des commentaires de ce billet