Revue de Web : les poissons d’avril se sont encore reproduits dans l’aquarium européen

C’est une tradition dans les médias: le 1er avril est l’occasion de proposer des fausses informations sous le prétexte de l’humour. Cristiano Ronaldo vendu à l’Espagne par le Portugal, une nouvelle législation européenne sur des pneus « jaune fluo », Thilo Sarrazin défendant les couleurs du FDP à Berlin, le Guardian uniquement disponible sur Twitter ou Kate Middleton renonçant à son mariage avec le prince William… Florilège européen.

Les Belges ont toujours été réputés pour leur grand sens de la dérision. Le journal « Le Soir » a publié un article où il est écrit que « le Roi a pris une résolution : ne rien s’interdire pour venir à bout de la crise politique »… même proposer de nommer Michel Daerden comme nouveau conciliateur national. L’homme politique belge très connu au Plat Pays pour ses sorties de route en direct à la télévision après des soirées électorales beaucoup trop arrosées… Les internautes l’ont tout de suite baptisé le « déboucheur royal ».

En Suisse, le journal « La Liberté » explique que le parti politique de l’UDC s’emporte contre les noms de certaines montagnes, qui heurtent sa sensibilité chrétienne, telles que la Vudalla en Gruyère ou le massif de l’Allalin en Valais. « Vudalla, ça évoque quand même trop Allah, explique Jean-François Rime ». En France, de nombreux « poissons d’avril » ont été pêchés par les rédactions. On retiendra celle du portail MSN.fr : « Paris accueillera les JO de 2012 », le Comité international olympique (CIO) ayant retiré l’organisation à Londres après que la « preuve a été apportée » que des « votes avaient été achetés ». Les cicatrices de la guerre fratricide avec la « perfide Albion » ne semble toujours pas cicatrisée de notre côté de la Manche.

En Allemagne, le « Tagesspiegel » a suscité plus de 800 commentaires avec son article « Aprilscherz » du jour annonçant que le controversé Thilo Sarrazin allait défendre les couleurs du parti libéral, le FDP, aux élections municipales de Berlin. Son livre « L’Allemagne va à sa perte » avait divisé toute l’Allemagne par ses thèses racistes en 2010. Le succès en librairie du livre de ce social-démocrate n’a pas empêché son éviction du directoire de la Bundesbank. Le Tagesspiegel savait donc qu’il allait toucher une corde sensible en le mettant en Une de son site en ce 1er avril.

La construction européenne n’est pas à l’abri de ces poissons d’avril. Notre site n’a pas résisté à l’envie de tester la vigilance de ses lecteurs avec un article titré « La Commission veut imposer des roues de couleur jaune fluo pour réduire le nombre d’accidents de la route ». Le blog de « Bruxelles 2 » relate de son côté les dessous des discussions entre Catherine Ashton et David Cameron qui aurait poussé « Cathy à jeter l’éponge ». Du côté de nos confrères du EUobserver, on se fait l’écho d’une offre d’emploi de « diseur de vérités » à 1,6 millions d’euros par an pour épauler le président du Conseil européen Herman Van Rompuy.

Mais c’est au Royaume-Uni que les rumeurs les plus folles ont circulé. Si l’annonce d’une Kate Middleton renonçant au mariage avec le prince William a fait courir un vent de panique dans les couloirs des tabloïds anglais (après tout, on ne sait jamais), l’annonce la plus surprenante a concerné… le Portugal. D’après The Indepedant, Lisbonne aurait proposé de vendre à l’Espagne un des joyaux de son football pour combler le déficit des comptes publiques. Avouons qu’avec un Cristiano Ronaldo pour 160 millions d’euros, les champions du monde de football espagnols s’assureraient une nouvelle carte maîtresse avant le Championnat d’Europe des Nations de 2012 ! Cette information a été relayée par le grand quotidien sportif Marca pour encore plus de « crédibilité ». Le Guardian a annoncé quant à lui qu’il serait prochainement le premier journal a être uniquement diffusé via Twitter … Voilà des informations qui iront vraiment droit à l’essentiel.

Enfin notons que la Hongrie semble bien installée à la tête du Conseil de l’Union européenne puis elle a annoncé aujourd’hui qu’elle comptait y rester au moins jusqu’en 2025, date à laquelle la Pologne pourrait enfin prendre sa place. Cette décision pourrait être entérinée lors d’un Conseil européen du 25 avril. Une information publiée sur le très officiel site Internet de la présidence hongroise du Conseil mais qui n’est bien sûr … qu’un poisson d’avril !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *