Belgique : un « Belgomaton » pour exprimer sa colère

Le Soir, grand journal belge francophone, a eu l’idée de mettre en ligne un photomaton interactif, intitulé « Belgomaton », par le biais duquel les citoyens belges pourront exprimer ce qu’ils pensent de la situation de leur pays. Grâce à une interface simple et directement connectée à Facebook, tout le monde peut envoyer un message sur la situation politique belge. Un beau projet sur lequel la rédaction de Touteleurope.eu a souhaité revenir.

Une bonne idée, cela se voit souvent tout de suite sur le web. Le Soir a lancé le belgomaton le 20 janvier, quelques jours avant la grande manifestation citoyenne du 23 janvier. Plus de 500 personnes ont laissé un message en quelques heures. L’idée était relativement simple : donner un espace aux citoyens pour « exprimer son ras-le-bol » et surtout « mettre une multitude de visages sur ce mouvement populaire qui se lève ».

Sur le site, il suffit de se connecter via son compte Facebook (ceux qui n’en ont pas peuvent suivre une autre procédure), de taper son message et ce dernier, accompagné de l’image de son profil, apparaît directement sur la page. En quelques secondes, le citoyen pourra ainsi faire part de son opinion. L’intérêt pour Le Soir était également au moment du lancement voir ce qui allait ressortir de cette interface avant la manifestation du 23 janvier. Cependant, le site est toujours en ligne et continue à recevoir des messages. Ils sont ainsi environ 1100 à avoir donné leur point de vue sur l’actuelle crise politique.

Un ras-le-bol qui touche tous les camps politiques

Confirmant ce que nous avions pu voir lors de la manifestation citoyenne du 23 janvier, tous les bords politiques auxquels pourraient appartenir les citoyens connaissent un certain dégoût de la politique. Il n’est pas anodin que les Belges expriment ainsi leur colère face à une situation qui ne se débloque pas. L’ensemble des acteurs politiques semblent décrédibilisés et surtout « à côté » des préoccupations populaires. « Je suis fatigué de retrouver tout le temps les mêmes têtes, d’entendre les mêmes discours », explique Joachim de Liège, « la Belgique est gangrénée par ses politiciens égoïstes, arrivistes, intéressés … Et le pire c’est qu’ils pensent ne pas l’être ! Manque d’intelligence ? D’imagination ».

Peut-être est-ce dû au fait que le journal Le Soir est francophone, mais la question d’un possible lien entre Wallonie et France apparaît au travers de plusieurs messages. Julian rejette clairement tout idée de rattachement à la France : « je préfère trimer toute ma vie pour offrir à nos générations futures une Wallonie (ou Belgique !) prospère que de ne plus rien représenter dans un grand pays ». On voit aussi un certain spleen apparaître chez les expatriés, tel Stéphane : « Quand on vit à l’étranger, on apprécie le fait d’être Belge, qu’on soit flamand ou wallon et on est plus proche l’un de l’autre que certains voudraient nous faire croire. Est-ce réellement différent en Belgique ? »

Pendant ce temps-là, au cinéma…

Surfant sur la vague de Bienvenue chez les Chtis, le dernier film de Dany Boon et de Benoît Poelvoorde fait le buzz dans le Nord et en Belgique. Avec 472.000 entrées sur ces deux régions, le film semble bien parti pour être encore un succès. Parmi les 271 000 spectateurs en Belgique (ce qui est mieux que le démarrage du dernier Harry Potter), Herman Van Rompuy ! Le président du Conseil européen a découvert que les Français aimaient bien raconter des histoires belges : « Cela me rappelle toutes les blagues que les Néerlandais racontent sur les Flamands. Je ne savais pas que c’était pareil entre francophones de Belgique et Français ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *