Irlande: conférence de presse historique en direct sur Twitter…

Dimanche soir à 20h30 heure locale, le Premier ministre irlandais (le « Taoiseach ») Brian Cowen, accompagné de son ministre des Finances Brian Lenihan, se sont présentés devant les médias pour annoncer le recours au plan d’aide européenne. La « twittosphère » irlandaise était en ébullition. Une aubaine pour des Irlandais à l’étranger pour suivre les événements en direct. Donc avec twitter d’un côté et la télévision nationale RTE via le web de l’autre, on était presque transporté à Government Buildings (le Matignon irlandais) à Dublin pour l’annonce historique et tant attendue.

Chorégraphie habituelle: drapeau européen bien en vue, tout ce qui est de plus solennel pour une annonce qui engage l’avenir de toute une génération d’Irlandais. Tout, jusqu’à ce qu’un des journalistes le plus percutants, ou virulents selon le point de vue, Vincent Browne se lance dans une interrogation musclée du Premier ministre. Rien à voir avec les grandes messes télévisées françaises…

Pour commencer, sont posées quelques questions sur le montant de la dette que l’Irlande aurait à supporter à l’avenir. Ensuite Vincent Browne va droit au but :
« Sur quels points concédez-vous une responsabilité dans la gestion de l’économie irlandaise? Quelle est votre responsabilité dans le désastre qui frappe notre pays? Vous avez dit que les banques et les organismes de régulation ont une part de responsabilité mais quelle est votre responsabilité dans ce qui nous arrive? Vous avez foutu en l’air le pays. Vous êtes un fardeau pour votre parti, pour votre gouvernement et pour le pays. Ne devriez-vous pas faire preuve de patriotisme et quitter vos fonctions? »

Très rodé à l’exercice des interviews politiques, Brian Cowen a normalement une réponse toute faite à ce type de reproches mais là, il semblait clairement affaibli et quelque peu résigné.  ‘J’ai agi dans l’intérêt public. Je n’ai jamais abdiqué ma part de responsabilité. Les circonstances ont changé… » a-t-il essayé d’expliquer sans grande conviction.

Sur twitter, c’est moins la rudesse des échanges qui fait débat mais le fait que la chaîne de télévision nationale ait choisi de couper le direct au moment où les questions devenaient plus consistantes. Une des conférences de presse la plus importante de l’histoire du pays a été écourtée pour ne pas froisser le pouvoir… ou plus probablement pour ne pas décaler la programmation télévisuelle du dimanche soir.

Heureusement, sur le web, la conférence de presse n’a pas été coupée. La diaspora a pu continuer à visionner le Premier ministre, mal à l’aise, en train de présenter le bilan de son action. Les « twittonautes » en Irlande ont dû pour leur part zapper sur la chaîne anglaise Sky news pour suivre la fin de la conférence de presse en direct.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *