La visite de Hu Jintao n’a pas laissé indifférent en Europe

La visite en France du président chinois a été très commentée sur la toile. Évidemment, la question des droits de l’homme, l’impossibilité de manifester ou la question des contrats de milliards d’euros à passer avec la Chine étaient les sujets qui ont suscité le plus de commentaires. Mais d’autres « buzz » plus surprenants ont pris, comme la tenue des ministres ou de leur compagnes à un dîner officiel… ou la chute d’un cavalier de la garde national portugaise devant Hu Jintao.

On le sait, la visite du président de la Chine à l’occasion de la présidence par la France du G20 en Europe est toujours sujette à polémique. La question des droits de l’Homme est toujours très présente dans les esprits. On l’a encore vu récemment avec la remise à du prix Nobel de la Paix 2010 au dissident chinois Liu Xiaobo. Le fait que Nicolas Sarkozy rencontre le Dalaï Lama lors de la présidence française du Conseil de l’Union européenne en 2008 avait entrainé l’ire de Pékin, ainsi que des blogueurs chinois. D’ailleurs le site Chine Informations rappelle que « les pays occidentaux doivent respecter la Chine, dit la presse congolaise ». Catherine Ashton avait d’ailleurs tenu à ré-affirmer qu’un haut-fonctionnaire de la Commission européenne serait bien présent à la remise du prix Nobel à Oslo, malgré les menaces des autorités chinoises.

La relation à la Chine est très marquée aujourd’hui par le boom économique de ce pays qui inverse le rapport de forces. Anne-Marie Idrac, Secrétaire d’Etat au Commerce extérieure retient notamment de la visite de Hu Jintao les « contrats et accords signés, qui approfondissent nos partenariats traditionnels (aéronautique, nucléaire…), et ouvrent de nouvelles perspectives ». Le blogueur Renaud Favier ne croit pas à la « coopération d’égal à égal à la France » proposée par la Chine car notre pays serait trop petit seul face à l’ancien Empire du Milieu. Hexaconso dans Marianne2 voit même la Chine comme « le fossoyeur du Made in France ». La peur de perdre des contrats à cause d’une position trop critique sur l’état de la démocratie en Chine ne devrait pourtant pas être de mise selon Caroline B. de « Berlin Berlin » qui prend l’exemple allemand : « Que s’est-il alors passé de terrible et d’apocalyptique pour l’industrie allemande? Rupture de contrats en série? Chute libre de la croissance? Grève des resto chinois? Il y a bien eu une annulation de voyage de différents représentants, et puis c’est tout. »

Au-delà des polémiques sur les méthodes musclées de la police pour empêcher les manifestations d’opposants à Hu Jintao, ce qui a fait le ramdam sur le net sont deux évènements non prévus. Tout d’abord, le défilé de mode des ministres à l’occasion d’une réception officielle à l’Elysée. On remarquera que les sarcasmes portent plus sur les tenues des femmes que sur celles des hommes alors qu’il semble normal de bien s’habiller pour ce type de réception. L’autre fait marquant du point de vue de la toile fut la chute d’un cavalier lors d’un évènement organisé pour le président chinois au monastère de Jeronimo près de Belem:

Les relations Europe-Chine sont très fournies dernièrement: après la visite du président chinois en France et au Portugal, c’est le Roi de Suède qui est reçu par le vice-président Xin Jinping… pendant que David Cameron emmène avec lui une cinquantaine d’entrepreneurs pour conclure lui aussi d’importants contrats dans les différentes provinces chinoises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *