Eurobaromètre: 86% des Européens veulent d’une Europe plus coordonnée face à la crise financière

Le dernier Eurobaromètre est sorti au mois d’août mais a été réalisé au mois de mai 2010. Deux faits marquants sont à retenir de ce sondage donnant le pouls européen. Premièrement, les citoyens européens ont toujours des attentes fortes pour l’Europe puisque 86% estiment que les Etats membres de l’UE devraient travailler davantage ensemble afin de prendre des mesures pour combattre la crise financière. Cependant, dans un deuxième temps, on s’aperçoit que moins d’un Européen sur deux estime que l’appartenance à l’UE de son pays est une bonne chose.

Cet eurobaromètre a été réalisé dans une période assez spéciale puisqu’en mai 2010, nous étions en pleine crise grecque. La menace pesant sur la zone euro et le sentiment que l’Union européenne pouvait vaciller étaient présents à tous les journaux télévisés du soir. De plus, les Etats-membres de la zone euro ont eu du mal à réagir, l’Allemagne donnant l’impression qu’elle ne voulait pas payer pour aider la Grèce, jugée alors trop dispendieuse avec ses déficits records.

Page 29 de l’eurobaromètre, à la question « d’après vous, parmi les suivants, qui peut agir le plus efficacement face aux conséquences de la crise financière et économique ? », c’est l’Union européenne qui inspire le plus confiance avec 26%. Viennent ensuite les gouvernements nationaux (19%), le G20 et le FMI (14%) et enfin les Etats-Unis avec 7%. Bien sûr les résultats sont différents suivants les pays. Par rapport au précédent eurobaromètre réalisé à l’automne 2009, les personnes interrogées ont beaucoup plus confiance dans l’efficacité de l’Union européenne en Slovénie (+ 12 points), en Belgique (+12), à Malte (+11). En France, cette confiance augmente de 7 points et atteint 22%. A l’opposé, les Britanniques semblent avoir vu dans l’action de leur gouvernement une réponse plus appropriée avec une augmentation de 14 points pour atteindre 35%. Malte avec 33% et la Roumanie avec 42% sont les deux autres pays où les citoyens semblent le plus faire confiance à leur gouvernement pour répondre efficacement à la crise.

Au-delà de la question de savoir quelle institution est la plus efficace, cette enquête d’opinion confirme l’existence d’une forte défiance des citoyens vis-à-vis de leurs représentants. En effet, 66% des Européens n’ont pas confiance dans leur gouvernement. A 62%, ils ne croient pas non plus dans leur parlement national. L’Union européenne en tant qu’institution s’en sort un peu mieux avec 47% « seulement » de défiance. Cependant, elle perd 7 points sur cette question par rapport à l’automne 2009.

A la question de savoir si « les Etats membres de l’UE devraient travailler davantage ensemble afin de prendre des mesures pour combattre la crise », les Européens y sont fortement favorables, à 86%. Un avis partagé par pratiquement tout le monde en Belgique (94%) et en Slovaquie (93%). Les Français se situent à la traine dans cette enquête puisqu’ils se retrouvent en 23e position avec tout de même 85% de personnes qui sont favorables à plus de coordination face à la crise.

Moins d’Européens convaincu par l’intérêt de l’Union européenne ?

Effet de la crise ? De l’incapacité européenne à voler au secours de la Grèce ? En tous les cas, l’intérêt pour les citoyens de l’Union européenne faiblit de 4pts par rapport à l’automne 2009. C’est désormais moins d’un Européen sur deux avec 49% qui estime que l’appartenance de leur pays à l’Union européenne est une bonne chose. Bien sûr, avec une chute de 17pts, la Grèce plombe un peu le score. Mais cette baisse est générale avec -13pts à Chypre et -11pts en Slovénie. L’Allemagne n’est pas en reste avec seulement 50% de personnes interrogée qui voit dans l’Union européenne une bonne chose pour leur pays, soit 10pts de moins qu’à l’automne précédent. Les résultats à cette même question seront donc à suivre lors du prochain eurobaromètre avec attention pour voir si cette baisse s’explique seulement par la polémique quant à l’aide à la Grèce. En France aussi cela s’effrite puisque seulement 44% des Français voient dans l’appartenance à l’UE une bonne chose.

Attention, cette baisse de popularité de l’UE est aussi à mettre en relation avec le fait que près de 30% des Européens sont indifférents au fait que leur pays appartiennent à l’Union européenne. Ainsi les Grecs sont plus nombreux (+9pts) à ne pas voir dans l’Europe une bonne ou une mauvaise chose.

Cependant, les personnes interrogées dans toute l’Union européenne conserve une vision positive de la construction communautaire. En effet, à la question « Tout bien considéré, estimez-vous que votre pays a bénéficié ou non de son appartenance à l’Union européenne ? », ils sont 53% (-4pts) contre 35% à trouver un bénéfice dans l’adhésion de leur pays à l’Union européenne. Les plus positifs sont les Slovaques avec près de 78% à y trouver leur compte, devant les Polonais et les Irlandais à 77% et les Danois à 76%. Sans surprise, ce sont les sujets de sa gracieuse Majesté qui sont les plus rétifs avec seulement 36% à être convaincu.

Les Français sont proches de la moyenne européenne avec 51% de satisfaits, devant les Allemands à 48% et les Italiens à 47%. Les habitants du Benelux semblent plutôt contents du bénéfice pour leur pays de l’appartenance à l’UE (66% pour la Belgique, 68% au Luxembourg et aux Pays-Bas).

Enfin, les promesses d’une adhésion à l’Union européenne ne sont pas forcément perçues comme quelque chose de positif. Si 73% des Macédoniens en attendent des bénéfices, ils sont seulement 52% en Turquie. Plus inquiétant, ils sont seulement 38% en Croatie et 29% en Islande.

En savoir plus :
voir l’eurobaromètre complet en anglais
voir les résultats spécifiques pour la France
voir le résumé

2 commentaires

  1. Bonjour,
    pour ce qui concerne les informations en France les médias comme chaines TV.Radios sont très pauvres pour ce qui concerne l’Europe
    Et tout autant médiocre pour ce qui concerne la France.Juste bon pour les sujets qui font polémique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *