Petit lexique de la crise financière

La crise financière vous intéresse mais vous avez du mal à vous y retrouver dans le vocabulaire souvent trop technique utilisé par la presse ? Afin de vous aider à mieux vous repérer, le site du Parlement européen vous propose de télécharger un « petit lexique de la crise financière » (pdf). Vous y trouverez des explications simples pour comprendre quel est le mécanisme qui a conduit à la crise financière majeure que nous connaissons depuis 2008. Un document à mettre entre toutes les mains.

Tout le monde vous l’a dit mille fois, ce sont les subprimes qui sont à l’origine de la crise financière. Oui mais que sont les subprimes ? Et les ventes à nu ? La dette souveraine ? L’effet de levier ? Pour briller en société, ou tout simplement comprendre ce qui, depuis 2008, est devenue la plus grosse crise économique traversée par l’Union européenne depuis le début de construction, prenez quelques minutes pour lire le lexique du Parlement.

Voici deux exemples issus du texte proposé par les services du Parlement européen :

– sur les excédents et déficits commerciaux

« Les pays créditeurs, soit ceux qui connaissent des excédents commerciaux (Allemagne, Chine, Japon…), prêtent sur les marchés financiers internationaux l’argent qui résulte de la différence entre leurs exportations et leurs importations. De leur côté, les pays débiteurs, qui souffrent de déficits commerciaux (Grèce, Etats-Unis), empruntent cet argent sur les marchés financiers pour financer leurs importations. Avec ces emprunts, la dette privée, c’est-à-dire la dette des ménages et des entreprises, augmente. En effet, l’argent proposé par les pays créditeurs à des taux d’intérêt intéressants est emprunté par les ménages et les entreprises qui souhaitent consommer plus qu’ils ne produisent sont une cible évidente, via les banques et les institutions financières. »

– sur l’effet de levier

« L’effet de levier se rapporte, à l’inverse, au rapport entre la dette et les fonds propres. Soyons concrets. Vous avez 50 € (vos fonds propres) que vous souhaitez miser sur un cheval dont vous êtes sûr de la victoire, ce qui vous rapporterait 100 €. Un bel investissement qui vous permet de doubler votre mise ! Mais attendez : pourquoi ne pas plutôt emprunter 50 € à un ami et miser les 100 € en votre possession ? Avec un effet de levier de 1 (un euro de dette pour un euro de fonds propres), vous pouvez ainsi gagner 200 €. Une fois votre ami remboursé, il vous reste 150 € – vous aurez triplé votre mise ! Le mécanisme est séducteur mais dangereux. Si vous perdez votre pari, vous vous retrouvez sans argent et avec une dette de 50 €. L’effet levier augmente tant les profits que les pertes. »

La suite est à découvrir : ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *