Rachida Dati, une eurodéputée enthousiaste sur le web

« Mais qui a dit que l’Europe était ennuyeuse ? ». C’est sur une musique techno, et avec le sourire en coin que Rachida Dati vous accueille sur son nouveau site www.rachida-dati.eu. Nul doute que l’eurodéputée fait ici allusion au reportage de M6 qui la montrait au téléphone, en pleine séance au Parlement européen de Strasbourg, confiant à une amie qu’elle s’ennuyait ferme. Son élection aux européennes de juin 2009 en position de n°2 sur les listes UMP en Ile-de-France avait alors été perçue comme une mise au ban de la vie politique française, après 2 ans de mandat comme Garde des Sceaux.

Cette époque semble donc être révolue. L’eurodéputée aurait-elle fini par se faire une raison ? Elle ouvre en tout cas aujourd’hui un nouveau site, qui se veut une vitrine de sa bonne volonté européenne. Dans la vidéo de présentation du site, la députée PPE dit vouloir « échanger avec les électeurs sur le travail parlementaire européen ». Son seul objectif : « la protection et la proximité avec les citoyens » … même s’il n’est pas encore possible de poster des commentaires sur le site. Mais que les citoyens se rassurent : ils peuvent toujours en attendant devenir fan de la députée sur sa nouvelle page Facebook.

Rachida Dati évoque également le traité de Lisbonne, « véritable boite-à-outils » qui a permis « de réconcilier les citoyens avec l’Europe ». Un reportage photo retrace une journée type de la députée, où on la voit notamment « écouter attentivement les débats du jour et les interventions de ses collègues ». Mais aussi prendre l’ascenseur. Ou encore boire un café.

Au-delà du dispositif de communication déployé, que nous dit ce nouveau site des projets politiques de Rachida Dati ? Le principal dossier sur lequel la députée souhaite porter son attention est l’adoption de la taxe carbone au niveau européen. On le sait, la patate chaude de la taxe carbone a été envoyée à Strasbourg par le Premier Ministre François Fillon. Sans un accord européen sur le sujet avant le 1er Juillet prochain, l’idée d’une telle taxe est abandonnée. Autant dire qu’un tel accord est hautement improbable. Jugée trop contraignante pour les industriels, la taxe carbone a bel et bien été repoussée aux calendes grecques.

Dans un communiqué de presse du 23 mars, Rachida Dati indique « se réjouir des propos de François Fillon devant les députés UMP au sujet de la mise en œuvre d’une taxe carbone au niveau européen ». La défense de la taxe carbone est donc le nouveau cheval de bataille de la députée : « En plus de ses interventions en séance, elle rencontre ses collègues parlementaires, afin de les convaincre de la nécessité de cette taxe carbone ». Espérons que l’eurodéputée aura révisé ses fiches, qui ne l’avaient guère aidée à répondre aux questions environnementales des jeunes de l’UMP pendant la campagne de juin 2009.

Une chose est sûre, on ne peut pas accuser Rachida Dati de défaitisme, ni de manque d’enthousiasme. A suivre … sur le Net donc !

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *