Farage paie mais ne rompt pas

« On lui couperait la tête qu’il continuerait à parler ». Cette expression bien française semble aller comme un gant à l’eurodéputé Nigel Farage. En effet, comme nous l’évoquions la semaine dernière sur ce blog, l’eurosceptique britannique a fait scandale au sein du Parlement européen en insultant publiquement le Président du Conseil européen Herman van Rompuy, et, au passage, la Belgique. Un comportement qui vient de lui valoir près de 3000 euros d’amende mais qui ne l’a pas empêché d’en remettre une couche, et en vidéo s’il-vous-plaît.


C’est en effet alors qu’il intervenait en pleine session plénière que Nigel Farage a lancé à l’attention de Monsieur van Rompuy « vous avez le charisme d’une lavette et l’apparence d’un petit employé de banque ». Et de préciser qu’il considère que la Belgique, dont l’actuel Président du Conseil a été le Premier ministre, est un « non-pays ».

Des propos jugés unanimement déplacés et qui ont valu au Britannique une convocation dans le bureau de celui qu’il surnomme  » le proviseur », à savoir Jerzy Buzek, le Président du Parlement européen.

Monsieur Buzek a fait savoir à l’eurodéputé que de tels propos ne sauraient être acceptés dans l’hémicycle et lui a donc demandé de s’excuser auprès d’Herman van Rompuy, mais également auprès du Parlement européen et de la Belgique. Excuses que Farage refuse bien entendu de présenter, jugeant qu’il n’a fait qu’exercer sa liberté d’expression, dont la limite serait, selon ses propres mots, l’incitation à la violence.

Le Britannique écope donc d’une amende de 2980 euros (retirés sur ses indemnités journalières). Mais si le leader du parti nationaliste Ukip considère que « la liberté d’expression » coûte chère au Parlement européen, on peut lui rétorquer que 2980 euros est une somme relativement basse pour un telle opération de communication.

Car Nigel Farage ne s’est pas contenté de refuser de s’excuser auprès du Président, il a poussé la provocation jusqu’à publier une vidéo (ci-dessous) dans laquelle il présente ses excuses « à tous les employés de banques du monde entier ». Une vidéo qui fait le tour du Net (et nous n’échappons pas à la règle) et qui montre encore une fois que le buzz fait vendre.

Même le « ta gueule Martin » de Daniel Cohn-Bendit, que nous évoquions dans un précédent billet, n’aura pas autant circulé sur Internet. Et on n’aura jamais autant parlé d’Ukip et de son leader, ô combien critiqué dans les sphères européennes.

La punition aurait-elle finalement produit l’inverse de l’effet escompté ? Si le Parlement devrait penser à préciser ses règles de conduite pour éviter de tels propos entre ses murs, il devrait également penser à mettre en place de ‘vraies’ amendes, dissuasives, afin d’éviter que les eurodéputés puissent profiter d’une promo à bas prix.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *