Le programme d’un député européen d’extrême droite : « couler les navires de clandestins » et traiter l’Islam comme un « cancer »

Les élections européennes de juin 2009 n’ont pas seulement consacré la victoire de l’abstention. Elles ont également permis à l’extrême droite la plus dure de l’Union d’obtenir quelques tickets d’entrée pour siéger au Parlement européen pendant cinq ans et profiter ainsi de la tribune strasbourgeoise.

Parmi ces eurodéputés « bruns », le Britannique Nick Griffin du British National Party, un ancien élève de l’université anglaise de Cambridge. Avec 6,2% des voix obtenus lors du scrutin européen, ce suprémaciste blanc est bien décidé à défendre un programme « nationaliste » et « raciste ». Et comme premières mesures, il propose de couler les navires de clandestins et d’appliquer à l’Islam une « chimiothérapie »…


Dans une interview accordée à la BBC au Parlement européen, le député européen britannique a prononcé la phrase suivante : « il faut couler quelques navires de clandestins » pour les dissuader de rejoindre l’Europe. Il propose de leur « jeter un radeau de sauvetage » pour qu’ils puissent « retourner en Libye »… Tout cela au nom de la « survie de l’Europe ». Nick Griffin défend de telles mesures alors qu’une nouvelle politique d’immigration et d’asile doit être votée à l’automne par les députés.

Dans un autre entretien diffusé sur la chaîne Channel4, l’eurodéputé s’en prend, cette fois-ci, à l’Islam. Il souhaite appliquer à la deuxième religion de l’Union une « chimiothérapie globale ». Dans son combat contre les « minorités », il a trouvé un autre partenaire au Parlement, le Jobbik. Ce parti hongrois d’extrême droite dispose d’une milice dont les membres sont revêtus d’uniformes de type nazi. Leur cible : les Roms, une autre minorité européenne encore discriminée dans certains pays d’Europe centrale et orientale.

Quelle sera maintenant la réaction des autres groupes politiques face à de telles provocations verbales ? Bien que ces propos soient proférés par des partis marginaux, c’est en effet la première fois qu’ils résonnent avec autant de violence dans l’enceinte de l’Europarlement.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *