Barroso : soutien officiel tardif du Conseil

Il était temps. José Manuel Barroso a enfin reçu un soutien formalisé du Conseil en bonne et due forme. La présidence suédoise de l’UE a annoncé dans un communiqué que le conseil des ministres allait transmettre par procédure écrite au PE sa décision de présenter officiellement l’actuel locataire du Berlaymont.

Dans un premier temps, les Etats s’étaient contentés, en juin dernier, d’un simple appui politique à cette candidature, les europarlementaires devant valider en juillet cette « recommandation » des Etats. Mais cette procédure semble avoir quelque peu irrité les parlementaires qui ont ainsi obligé la présidence à reporter l’investiture à l’automne.

Selon le Premier ministre suédois, Fredrik Reinfeldt, le vote devrait finalement avoir lieu le 16 septembre prochain. Durant ce laps de temps, le Parlement compte bien auditionner le futur patron de la Commission européenne et affirmer sa mission de contrôle politique de l’exécutif bruxellois. Guy Verhofstadt a déjà fait savoir à M. Barroso qu’il attendait de lui qu’il rende public son programme. Le Conseil peut regretter son soutien a minima du mois de juin. Les parlementaires ont en effet recouru aux astuces de procédure pour faire jouer pleinement leur rôle d’arbitre.

D’ores et déjà, la future Commission se retrouve prise en tenaille entre les deux organes législatifs de l’Union. Et dans le nouveau rapport de force qui se structure, Barroso, s’il venait à être désigné, est considérablement affaibli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *