Omar Ba : conteur ou imposteur ?

Nous avions rencontré Omar Ba à l’occasion de la sortie de son deuxième livre « Je suis venu, j’ai vu, je n’y crois plus » (Ed. Max Milo, 2009), récit poignant dans lequel il témoigne de la dure condition d’immigré en Europe et de ses désillusions face au paradis imaginé.

L’auteur a depuis fait le tour des médias pour (vendre son livre et) délivrer son message aux Africains : « au lieu de risquer votre vie pour venir en Europe, rêvez d’Afrique ». Un discours qui interpelle à la fois les Européens, plus familiers de l’affrontement binaire entre maîtrise chiffrée des flux migratoires et ouverture des frontières, et les Africains, dont les espoirs se tournent vers l’Europe dès le plus jeune âge.

L’ennui, révèle aujourd’hui Le Monde en page 3, c’est que « tout ou presque est faux ».


Son premier témoignage, « Soif d’Europe. Témoignage d’un clandestin » (Editions du Cygne, 2008), est ainsi « truffé d’incohérences et d’anachronismes. Les descriptions des lieux, les noms des rues, les situations, en Libye, sur l’île italienne de Lampedusa, autour de l’enclave espagnole de Mellila, à Madrid, aux Canaries et ou à Paris ne collent pas ». Les nombreuses preuves avancées par Benoît Hopquin, l’auteur de l’article, appuyées par des aveux partiels du principal intéressé, laissent ainsi peu de doutes quant au bien-fondé de l’accusation.

Le journaliste conclut alors sur la réaction des deux maisons d’éditions. Bien que « surpris et troublé » par ces faits, l’éditeur Max Milo souhaite rester solidaire « de la cause et de l’analyse qu’Omar Ba défend dans son essai, parce qu’il n’y a pas de doute sur la tragédie de l’immigration clandestine ». Le directeur de collection aux Editions du Cygne défend un autre point de vue : « S’il a menti, cela fera du mal à la cause des clandestins qu’il prétend défendre ».

Voir la vidéo (07’01)



22 commentaires

  1. Ba enfonce des portes ouvertes : tout le monde (surtout les Blancs) adhère à ses propos ! Il y a près de 20 ans, Rocard disait « La FRANCE ne peut accueillir toute la misère du monde ». Ce qui est dérangeant dans le discours de Ba, n’est pas ce qu’il dit, tout le monde le pense, mais le fait qu’il n’applique pas à lui même ses bonnes paroles/leçons qu’il se complait à prodiguer aux « autres » africains. Ou vivra Ba dans 1 an, 5 ans, 10 ans ? Il est fort à parier que vous connaissez déjà la réponse cher Stéphane

  2. Extraordinaire !
    Je viens de lire le livre d’Omar Ba  » Je suis venu, j’ai vu, je n ‘y crois plus! » aux editions Max Milo.
    Ce livre est extraordinaire d’intelligence, de discernement , de lucidité avec aussi de l’humour.
    Moi qui suis blanc né en France d’origine française depuis plus de douze siecles ( Un « gaulois » comme m ‘appelait les magrébhins de mon quartier) je suis bluffé de tant de sincerité, ou Omar Ba ne joue pas la « partition » de l’intello Africain comme les medias ont l’habitude d’exposer.
    Omar Ba defend un concept nouveau : L’Afrique comme terre d’avenir pour les Africains …pour peu qu’il s’en donnent les moyens, evitant les rivieres de sang de l’immigration clandestine tournée vers une Europe fantasmatique ou le ‘reve’ europeen est plus dur a atteindre que le ‘reve’ Africain.
    Bravo Omar Ba
    J’espere que les dirigeants europeens et africains vont vous entendre et suivre vos conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *