Automne meurtrier pour Barroso ?

José Manuel Barroso ne devrait pas être confirmé dans ses fonctions de président de la Commission européenne, le 15 juillet prochain, comme il l’escomptait. C’est à l’automne que les choses pourraient se décider pour l’actuel locataire du Berlaymont, probablement au lendemain des élections allemandes…

Jean Quatremer revient ainsi sur un des paradoxes de la vie politique européenne. Bien que les citoyens européens aient clairement donné à la droite une majorité relative au sein de l’hémicycle strasbourgeois, et que le Conseil, composé majoritairement de gouvernements conservateurs, ait accordé son soutien à la candidature de Barroso, ce dernier resterait tout de même tenu d’attendre les résultats d’élections nationales pour être fixé sur son sort.


Les Allemands – le plus gros contingent national au PE – entrent en effet dans une nouvelle campagne et les sociaux-démocrates (SPD) comptent capitaliser sur une bipolarisation gauche/droite (CSU) pour se refaire une santé auprès d’un électorat déboussolé par la grande coalition SPD/CDU. Effet collatéral à Bruxelles, une telle stratégie interdirait tout accord de « cogouvernance » durant l’été entre les conservateurs du PPE et la gauche européenne de la nouvelle APSD.

Martin Schultz, le patron de l’APSD, devrait donc patienter jusqu’en octobre avant de conclure un deal avec les conservateurs qui lui permettrait d’obtenir, au passage, le poste de président du Parlement européen. Certains commentateurs comme Abstentionniste s’offusquent d’une telle situation sur Coulisses de Bruxelles: « Lamentables socialistes ». Mais pour Maragojipe, les sociaux-démocrates pourraient atteindre un de leurs objectifs ce faisant : couler le « navire Barroso ». Selon lui,  » si le vote est repoussé à octobre, le président de la Commission sera PPE mais ne sera pas Barroso. Le PPE en est secrètement soulagé et le PSE sauve la face ».

Bref, la cuisine bruxelloise pourrait bien encore réserver des surprises à l’automne prochain.

1 Commentaire

  1. Rien n’est joué donc. Verhofstadt devrait être élu à la tête de l’Adle aujourd’hui. Un challenger sérieux pourrait changer la donne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *