Européennes : on vote déjà sur la Toile et à l’autre bout du monde !

C’est la dernière ligne droite pour les 160 listes candidates aux élections européennes en France. Mais pour certains Européens, le vote a déjà commencé depuis quelques jours. Le coup d’envoi de la  deuxième plus grande opération démocratique mondiale – après les législatives indiennes – a été donné par les Estoniens… sur le web !

Réputée pour sa maîtrise des nouvelles technologies, la République d' »e-stonie » confirme à nouveau son intérêt pour la démocratie numérique à l’occasion des élections européennes. Déjà expérimenté en 2005, lors des municipales, et généralisé en 2007, lors des législatives, le vote électronique est possible depuis le 28 mai dernier, pour désigner les 6 députés européens estoniens qui siégeront au Parlement à Strasbourg. L’objectif n’est pas seulement de mettre en avant l’aspect « high-tech » de la société balte mais surtout de faire reculer l’abstention en attirant, en particulier, les jeunes électeurs.

Les soldats des armées européennes votent, eux, à l’autre bout du monde, en déposant leurs bulletins dans des urnes classiques disposées aux quatre coins de la planète. Ainsi, en Afghanistan, les soldats de la force de stabilisation de l’OTAN, l’ISAF, ont rempli leur devoir civique par 45° au fin fond de la province d’Helmand. C’est ce que rapporte Nicolas Gros-Verheyde sur son blog. « Dans un isoloir confectionné pour l’occasion avec une toile et deux caisses de transport, les quelque 60 soldats danois de la compagnie Charlie C du camp Armadillo, ont glissé leur bulletin dans l’urne pour la désignation des députés européens ».

Si l’on comptabilise les forces européennes actuellement déployées sur les théâtres d’opérations extérieures, ce sont près de 60000 militaires et civils, dont 7000 au titre de la politique européenne de sécurité et de défense, qui devraient pouvoir voter dans les Balkans, en Afrique et au Moyen-Orient. Les élections sont lancées !

1 Commentaire

  1. Pour en savoir plus, deux articles d’un chercheur d’un laboratoire CNRS d’informatique :
    – « Vote par internet : failles techniques et recul démocratique », Jus Politicum, N°2, Droit, politique et justice constitutionnelle, mars 2009.
    – « Analyse des vulnérabilités de trois modes de vote à distance », Legalis.net, pp.13-31, #3, septembre 2008.
    Ces deux articles sont sur la page http://www.sciences.univ-nantes.fr/

    Ensuite, Signer et FAIRE SIGNER la pétition nationale pour le maintien du vote papier (déjà plus de cent mille signatures), c’est important !
    http://www.ordinateurs-de-vote.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *