Parlorama.eu distribue les bons et les mauvais points aux eurodéputés

Edit 24/04 : Depuis ce matin, une annonce en page d’accueil de Parlorama.eu explique que le site a été fermé à cause du grand nombre de reproches qui lui étaient adressés. D’après les informations recueillies par Jean Quatremer, des députés « épinglés » ont menacé de porter plainte contre Flavien Deltort. « En attendant d’avoir consulté son avocat, Deltort,  a donc décidé de fermer Parlorama.eu au moins jusqu’à lundi », précisent les Coulisses de Bruxelles.

Dévoilé hier, le site Parlorama.eu vise à classer les eurodéputés en fonction de leur activité au cours des cinq dernières années. Un exercice auquel s’était déjà livré le site Rue 89 en mars dernier, mais pour les seuls eurodéputés socialistes français. Parlorama.eu est beaucoup plus ambitieux dans la mesure où il passe en revue l’ensemble des députés sortants.

Flavien Deltort, auteur de ce travail considérable, explique qu’il a procédé sur la base des critères suivants : « présences, absences, durée de l’activité parlementaire, nombre de rapports, de questions écrites, etc ». Au final, le croisement de sa « note de présence » et de sa « note d’activité » permet d’obtenir la note générale du député.

Un classement assez commenté sur le web. « L’Europe intéresse peu les Européens, on le savait. Plus étonnant, elle intéresse très peu nombre de ses parlementaires » conclut L’Express.fr de la lecture de ce classement. « Côté français, ce sont les socialistes Pervenche Berès et Martine Roure et le Vert Gérard Onnesta qui s’en tirent le mieux », relève Eric Mettout.

Jean Quatremer note pour sa part le piètre score obtenu par Philippe de Villiers : « lui qui vitupère contre les ‘voleurs de Bruxelles’ a manifestement volé son salaire durant la législature écoulée, ce qui ne l’empêche pas de concourir pour un quatrième mandat », ironise le journaliste de Libération.

L’initiative de Flavien Deltort soulève un autre débat : sur quels critères peut-on juger les performances d’un député ?

« Le classement est contesté par plusieurs eurodéputés, peut-on lire sur Libération.fr. Certains lui ont reproché d’avoir pris en compte un relevé de présence, qui ne rend pas compte, selon eux, du nombre de réunions et du temps passé dans les commissions parlementaires, là où le gros du travail est effectué. »

« Il est assez contestable de limiter un député européen  à son activité de production parlementaire, estime Pierre Catalan dans un échange avec Nicolas Vanbremeersch sur Facebook. Certains sont plus naturellement portés vers l’information et la pédagogie envers les citoyens (cf. Cohn-Bendit par exemple, ou Lilli Gruber), et n’en sont pas moins utiles. »

Effectivement, Catherine Trautmann, nouvelle égérie des anti-Hadopi, écope seulement d’une étoile. Nul doute que son récent fait d’armes aura pourtant contribué à attirer l’attention du public sur le rôle des parlementaires européens.

Sur ce sujet, on peut se référer à l’article publié en septembre 2006 sur Telos par le chercheur Olivier Costa, dont les conclusions restent d’actualité.

[Parlorama.eu]

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *