Européennes : début de campagne en fanfare pour le Front national

Le Front national se lance à son tour dans la bataille des européennes. Pour faire parler d’eux, les têtes de liste frontistes ont décidé de recourir à leur arme favorite : la provocation.

Dans une intervention au Parlement européen mercredi dernier, Jean-Marie Le Pen a de nouveau qualifié de « détail » les chambres à gaz nazies, suscitant la consternation dans l’hémicycle :

Cette nouvelle sortie, susceptible de déboucher sur des poursuites pénales, intervient au moment où le fondateur du Front national est pressenti pour présider la session inaugurale du Parlement après les prochaines élections. Le règlement de l’assemblée strasbourgeoise prévoit en effet que l’ouverture de ses travaux revienne au doyen du Parlement. A 80 ans, le chef frontiste, qui se représente aux élections européennes dans le Sud-Est, pourrait bien être celui-là.

Les propos de Jean-Marie Le Pen ont fini par convaincre les principaux partis du Parlement d’envisager une modification du règlement intérieur afin que le doyen d’âge ne préside plus les sessions inaugurales.

Mais cette initiative ne fait pas l’unanimité sur la toile. Elle revient, selon Jules, à tomber dans « le piège dans lequel Jean-Marie Le Pen sait si bien attirer ses adversaires. »

Selon lui, « le procédé qui consiste à modifier la loi de tous au détriment — ou au bénéfice — d’un seul est une forfaiture. »

Certains commentateurs se rallient à cette analyse. Ainsi, Proteos : « Que Le Pen préside la 1ère séance du prochain parlement européen n’aura aucune conséquence pratique. Au pire, les députés européens auront droit à un discours nauséeux. »

Le Front national aura réussi en tout cas en quelques jours à faire parler de lui sur les blogs.
Ainsi, Louis Alliot, « un vassal, tête de liste du sud-ouest, fait son buzz en comparant le FN à Jaurès… » indique Un européen jamais content en commentant  l’étonnante affiche conçue pour cette campagne :

« Et voilà, poursuit le bloggueur, en lisant la biographie du sieur Louis Aliot, bercé plutôt à gauche, je peux comprendre son besoin de se rattacher à une figure de son enfance, mais là je trouve cela d’un mauvais goût. C’était l’objectif après tout ? ». Signe du malaise provoqué par cette campagne : un groupe Facebook a vu le jour en signe de protestation « contre l’affiche du FN pour les européennes », groupe qui compte aujourd’hui près de 7500 membres.

Autre instantané de campagne signalé par Eurojunkie : la vidéo enregistrée lors d’un meeting de Patrick Courson, dans laquelle la tête de liste FN dans la région Centre exprime « la délicatesse et la finesse habituelle » du parti d’extrême-droite. « Tout le programme du FN pour les européennes en trois minutes » :

>

2 commentaires

  1. Cette affaire ne peut que mettre en relief la lâcheté et la malhonnêté intellectuelle des parlementaires européens tous ou presque favorables à l’entrée de la turquie dans l’UE qui elle refuse catégoriquement de reconnaître le génocide des arméniens. Mais c’est plus facile de s’en prendre à Le Pen qu’à la Turquie…

  2. Encore un bel exemple d’objectivité journalistique.
    On aimerait pouvoir admirer autant de courage de la part des médias pour critiquer les hommes aux pouvoirs qui, eux, ont réellement plongé le pays dans la crise pour les beaux yeux des banquiers et autres traders au mépris du peuple qui travaille dur et qui subit chaque jours la détérioration de leur cadre social. Il est bien aisé de taper sur un Le Pen vieillissant, qui au passage n’a aucune responsabilité dans l’état désastreux dans lequel se trouvent nos économies et nos nations respectives, et de se garder de mettre le doigt là où ça fait vraiment mal. Quel courage!
    ps : si la gauche avait fait son travail et ne s’était pas mis du côtés des plus riches au détriment de leur électorat naturel, peut-être que le front national ne se permettrait pas d’utiliser l’image de grandes figures du socialisme, mais ça, le jour où vous le comprendrez…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *