Nicolas Vanbremeersch : « Il faudrait des Etats-Unis d’Europe pour qu’une élection suscite le même enthousiasme »

Suite de notre série d’entretiens sur le rôle d’Internet lors des prochaines européennes, à la lumière des dernières élections américaines. Aujourd’hui, c’est Nicolas Vanbremeersch, fondateur de l’agence Spintank et grand connaisseur du web, qui nous donne son avis sur cette question. A l’époque où il bloggait encore sous le nom de Versac, Nicolas Vanbremeersch a participé à la création de Publius, l’une des références de la blogosphère francophone sur les questions européennes.

Quel sera le rôle d’Internet lors des prochaines élections européennes ?

Comme lors des élections précédentes, Internet apportera une dimension supplémentaire à l’espace public, où  vont se développer des arguments, des rapports de force. Les blogs et sites d’information vont faire émerger un agenda qui pourra être le même ou différer de celui des médias classiques.

A votre avis, quels sont les sujets qui pourraient émerger dans le débat en ligne à l’occasion de ces élections ?

Les débats seront concentrés en fonction des publics. Certains s’intéresseront à l’alimentation, d’autres à l’agriculture, d’autre encore à l’avenir de la pêche… A mon avis ces élections vont être assez localisées, régionalisées.

Le débat économique devrait aussi y prendre une part assez importante. Mais les parties prenantes qui y seront investies ne vont pas forcément se mobiliser autour d’un moment crucial. Ils n’ont pas conscience du fait que si l’on pousse un sujet dans l’agenda au moment des élections européennes, cela aura des implications dans les années à venir. Parce que le Parlement européen n’est pas très puissant. Un élément qui peut inciter à la mobilisation, c’est l’élection du Président de la Commission européenne qui viendra derrière.

Vous avez pris part à la mission organisée par Terranova sur la campagne électorale de Barack Obama.  Pensez-vous que des élections européennes puissent un jour susciter une mobilisation en ligne comparable ?

Là , on est un peu dans la science-fiction. Le Président des Etats-Unis rassemble un peuple avec un destin commun, dans un Etat fédéral. Il faudrait imaginer des Etats-Unis d’Europe pour qu’une élection suscite le même enthousiasme de ce côté de l’Atlantique.

Une élection marche bien quand on élit quelqu’un qui a du pouvoir. Avec l’élection d’un parlementaire européen, le coût marginal de l’investissement dans la campagne par rapport au bénéfice qu’on compte en tirer est encore plus faible que dans une élection traditionnelle. Et puis les candidats sont souvent dans un mode d’élection un peu pépère, où l’essentiel est d’obtenir l’investiture du parti. Surtout en France.

[Spintank]

1 Commentaire

  1. Quels sujets émergeront lors des prochaines élections européennes ? A peu près tous les sujets sauf l’Europe, hélas. A l’exception naturellement de toutes les thématiques où l’Europe pourra servir de bouc-émissaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *