Jean-Pierre Jouyet : « Mon degré de notoriété importe peu »

Organisateur du rendez vous des Européens, le 7 mai à Lille, Jean-Pierre Jouyet, Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, s’est prêté au jeu des questions-réponses avec les blogueurs invités à couvrir l’événement. Touteleurope.fr a pu recueillir ses propos en vidéo :

Interrogé par Fabien Cazenave du Taurillon sur la méconnaissance des Français à son égard, Jean-Pierre Jouyet a répondu qu’il n’a pas l’intention de développer une « personnalisation de l’Europe ». Pour le « Monsieur Europe » du gouvernement, l’essentiel est que les Français connaissent l’action européenne du gouvernement et le nom du Ministre des Affaires étrangères et européennes, Bernard Kouchner.

 

A la question de Thomas Lefebvre (le Croche Pied) sur la possibilité d’un « non » au référendum organisé prochainement en Irlande sur le traité de Lisbonne, Jean-Pierre Jouyet a affirmé qu’il n’y aura « pas de plan B » en cas de rejet. Il s’est montré confiant, rappelant que les Irlandais figurent parmi les grands bénéficiaires des politiques européennes et qu’ils ont vu leur niveau de vie s’élever depuis leur adhésion à l’UE.

 

Le Secrétaire d’Etat considère qu’un non irlandais serait un « malheur ». Concrètement, le processus de ratification serait arrêté et l’Union utiliserait les règles de fonctionnement fixées par le traité de Nice. Jean Pierre Jouyet rappelle que le traité de Lisbonne ne remet pas en cause la neutralité de l’Irlande, ni sa politique fiscale telle qu’elle est définie aujourd’hui.

 

Un éventuel rejet par l’Irlande aurait peu d’impact sur les priorités de la présidence française, qui ont été définis dans le cadre institutionnel actuel : lutter contre le réchauffement climatique, développer la politique de sécurité énergétique, améliorer la gestion des flux migratoires et renforcer l’Europe de la défense.

 

Rendant compte de cet entretien sur le Taurillon, Fabien Cazenave considère que Jean-Pierre Jouyet a été bon, clair et précis sur l’Europe. Le site fédéraliste publie également les réponses du Secrétaire d’Etat sur l’Union pour la Méditerranée ainsi que sur la vision de la France en Europe de l’Est. Pour Fabien Cazenave le projet d’Union pour la Méditerranée se limitera à des conférences intergouvernementales sur des projets très précis. En ce qui concerne l’Europe de l’Est, il affirme ne pas comprendre pourquoi la liberté de circulation y est limitée, étant donné qu’il n’y a pas de phénomène de dépopulation dans ces pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *