Polémique sur la rémunération des assistants parlementaires au Parlement européen

Il y a quelques semaines, le quotidien britannique Daily Telegraph révélait qu’un rapport interne au Parlement européen fait état de fraudes dans l’utilisation des fonds attribués aux eurodéputés pour rémunérer leurs assistants.

Evoquant cette affaire sur son blog le 21 février, le journaliste Jean Quatremer a rendu hommage au député Vert Gérard Onesta, « qui s’est battu durant plus de huit ans pour que les assistants bénéficient d’un véritable statut ». Le correspondant de Libération lie la question des assistants parlementaires à celle de la rémunération des parlementaires, où l’on constate de forts écarts entre les Etats membres. Parmi les réactions à ce post, celle, éminente, de Martine Roure, Vice-présidente du PE (photo) : « Nous travaillons sur un vrai statut des assistants depuis quelques mois, et les choses avancent bien ».

Le 27 février, le journaliste de Libération a publié une lettre de Martine Roure, où celle-ci précisait sa position. « Elle réagit sur ce blog depuis ce week-end (dimanche compris) !, remarque club-cordelier. Et 6 jours calendrier après le post en question, qu’elle n’a l’air de ne critiquer aucunement, elle publie cette lettre ouverte. C’est dire l’influence de ce blog, et la responsabilité de ses participants, tant son taulier que ses commentateurs… ». La réaction de Mme Roure montre effectivement l’importance qu’a prise le blog de Jean Quatremer, véritable carrefour du débat en ligne sur l’Europe, où les politiques n’hésitent plus à s’exprimer pour défendre leurs positions.

« Une chose est quand même frappante concernant cette affaire, note pour sa part Joseba Roseau dans un autre commentaire : lorsqu’on recherche des informations en français sur le sujet en utilisant la version française de Google News, le seul article que l’on trouve est le post de Jean Quatremer. Autrement dit l’affaire semble peu importante voire sans intérêt pour les médias francophones (y compris belges). Le contraste est saisissant avec les résultats obtenus par une recherche similaire sur la version anglaise de Google News : 38 articles, y compris dans les plus grands journaux britanniques. Et on devine la teneur de la plupart d’entre eux… »

Parmi les rares personnes à évoquer le sujet en France, le blogueur Thomas Lefebvre, qui a livré le 22  février son analyse de la situation sur le site Rue 89 : « Dans une démocratie moderne, on devrait savoir combien chaque député dépense pour ses frais. (…) Les groupes politiques du PE se grandiraient à adopter cette règle pour les députés ayant détourné de l’argent public ». Thomas Lefebvre va plus loin : « il n’y a pas que les salaires et frais qui posent problème. Par exemple, comment l’eurodéputé PS Vincent Peillon peut-il justifier de n’avoir pris la parole qu’une seule fois depuis 2004 lors d’une séance plénière? Comment peut-on justifier qu’un grand nombre d’eurodéputés français quittent en plein milieu leur mandat ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *