Ratification du traité de Lisbonne : réactions sur la Toile

Les députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles ont adopté hier la révision constitutionnelle, préalable à la ratification du traité de Lisbonne.

Jean Quatremer salue cette étape : « ça n’a pas fait un pli : par 560 voix contre 181 ». Néanmoins, ce qu’il retient de ce vote c’est le fait que « les socialistes n’ont majoritairement pas respecté la consigne d’abstention ». Pour le journaliste de Libération, cela « pose la question de la légitimité de la direction ». Quant aux mobilisations à l’extérieur du Congrès on ne peut pas parler de « mobilisation d’ampleur » malgré l’appel à manifestation de la LCR, LO, PCF, Attac et Sud.

JP sur Bellaciao impute la totale responsabilité de l’échec de cette manifestation au PS : « il va falloir que le peuple, s’il en est encore temps, prenne des sanctions contre ce parti », rappelant au passage que les élections municipales ont lieu dans quelques mois.

Le site de Marianne, qui avait relayé l’appel à manifester le 4 février pour réclamer un nouveau référendum, titre au sujet de la journée d’hier : « le déshonneur des démocrates ». « Il aurait suffi aux socialistes de défendre une position commune […] : l’exigence d’un référendum […]. Mais non ! » Reprenant les propos de Jean-Luc Mélenchon, le journaliste poursuit : « on aurait pu faire mettre un genou à terre à Sarkozy. Il va gagner, pas par sa force mais par nos faiblesses ». Le site publie d’ailleurs la liste de « ceux qui ont dit non » lors de ce Congrès.

Fabien Cazenaze « y était » à la contre-manifestion organisée par les Jeunes européens – France et soutenue par d’autres associations. Il témoigne sur son blog : « peu de monde mais je me dis avec le recul que nous avons bien fait d’être présents ». De ses échanges avec les nonistes, il livre quelques anecdotes, notamment sur cette femme se revendiquant de gauche aperçue avec un autocollant d’extrême droite !

Etienne Chouard, qui s’était illustré en 2005 lors du référendum sur le traité constitutionnel, s’exprime sur Rue89 et n’hésite pas à parler de « viol » : « ce qui se passe en France est consternant : les acteurs publics français – parlementaires, ministres, juges – violent sans vergogne le peuple qu’ils sont censés représenter, en lui imposant par voie parlementaire les institutions antidémocratiques qu’il vient de refuser expressément par référendum. On se fout de nous. Et quand la Constitution les gêne, ils la modifient. Eux-mêmes. Et sans référendum ! On se fout de nous ».

« Mais que fait la rédaction de Rue89 ? » s’interroge Dominique Reynié sur son blog. Il regrette la « présentation directe » et « complaisante » dont a profité la « diatribe singulière » d’Etienne Chouard, dont « l’argumentation, si l’on peut dire, balance, entre poujadisme et populisme ».

Quant à Edgar (La lettre volée), il dénonce les propos de « deux chiens de gardes [et ouistes, tristes sires] revanchards et intolérants », que seraient Jean Quatremer et Dominique Reynié.

Eolas (Publius) « comprend qu’on puisse désapprouver le choix de la France de sortir par le bas de la crise européenne […] même si on ressent un lâche soulagement à l’idée de ne pas avoir à nouveau à affronter la mauvaise foi, ou pire, la sincère conviction des nonistes que ce texte est le signe de l’apocalypse ultralibérale ». Celui-ci rappelle néanmoins que « le viol de Nicolas Dupont Aignan [n’]aura lieu [que] jeudi, d’abord à l’Assemblée puis au Sénat, en séance de nuit » … « Sans contrôle parental », ironise-t-il, puisque les débats seront visibles en direct sur les chaînes des deux assemblées.

Même tonalité sur Commentaires et vaticinations : « paroxysme de l’aliénation bourgeoise qui fait prendre la vessie parlementaire pour une lanterne démocratique, je me félicite de ce que mon propre pays ne soit plus, depuis hier, le plus arrogant des idiots du village ».

3 commentaires

  1. Vous êtes gentils les copains de vous servir de mon site comme celui du noniste de service, mais vous seriez également gentils de ne pas retenir de mes billets uniquement les aspects polémiques.

    Je ne qualifiais pas MM. Quatremer et Reynié de chiens de garde juste parce que les nonistes ont la bave aux lèvres, c’est bien connu, mais parce que l’un et l’autre, au lendemain du triomphe du Traité de Lisbonne, appellaient à des petites censures, l’un de Publius, l’autre de Rue 89.

    Je crois que vos lecteurs ont droit à une information complète.

    Au plaisir.

  2. Bonjour,

    Je vous signale que j’ai lancé une bouteille à la mer dans le blog de Dominique Reynié, bouteille dans laquelle j’ai glissé un message pacifique l’invitant à développer un argument de fond — au moins un, pour commencer :o) — et à en débattre paisiblement, même s’il semble bien tard pour que ce débat serve à quelque chose, tout débat utile — c’est-à-dire *avant* le coup d’État simplifié du 4 février 2008 — ayant été évité depuis presque trois ans.

    C’est là :

    http://reynie.typepad.fr/opinion_eu

    Merci à tous ceux qui m’aident dans cet échange inégal.

    Au plaisir de vous lire.

    Étienne Chouard

    http://etienne.chouard.free.fr/Euro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *