Révision constitutionnelle : la position du PS alimente le débat en ligne

Les députés ont adopté hier la révision constitutionnelle nécessaire à la ratification par la France du Traité de Lisbonne. Une fois encore, les commentaires sur la Toile portent pour la plupart sur la « confusion » qui caractérise la position du PS vis-à-vis de la construction européenne.

Sur son site internet, l’hebdomadaire Marianne tente de décrypter, sur un ton humoristique, la position du PS sur le Traité de Lisbonne : « vous ne comprenez rien aux débats socialistes autour du nouveau texte européen ? Rassurez-vous : eux non plus ! » Selon que l’on soit pour ou contre le Traité de Lisbonne, pour ou contre la procédure de ratification par voie parlementaire, faut-il voter oui, non, ou encore s’abstenir concernant cette révision constitutionnelle ? Telle est la question qui fait débat au PS.

Sur son blog, Jean Quatremer n’hésite pas à parler de « bal des hypocrites ». Le journaliste rappelle que Bernard Poignant, président de la délégation socialiste française au Parlement européen, « a décidé de faire savoir son ras-le-bol » : « quand quelqu’un est assis le cul entre deux chaises cela finit par se voir ». Bernard Poignant juge « indigne » que le PS se soit associé au Parti communiste pour une proposition de loi (avortée) rendant obligatoire la tenue d’un nouveau référendum sur tout traité ayant déjà été rejeté par référendum. L’exposé des motifs de cette proposition était pour le moins défavorable à la construction européenne.

Sur son tout nouveau blog, Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, évoque trois arguments. « Refuser le choix européen, ce serait rompre avec la famille socialiste européenne. […] Refuser le mode de révision revient à bloquer la ratification et sans ratification, l’Europe n’avancera pas. […] Enfin, rejeter le Traité de Lisbonne reviendrait à maintenir en vigueur les traités actuels qui incluent la concurrence parmi les principes de l’Union européenne et ne reconnaissent aucune dérogation en faveur des services publics. »

Pour Jules (Diner’s Room), « le PS semble avoir décidé de démontrer que si le ridicule tue, c’est avec une désespérante lenteur ». Concernant la proposition de loi du PC, il ne s’agit pour lui que d’une « farce législative » : « ladite proposition n’était guère qu’un texte de circonstance griffonné sur un coin de table à l’heure du digestif. Et la défense du groupe socialiste présentée par Alain Vidalies n’est certainement pas à l’honneur d’un parti d’opposition ».

« Dommage qu’au PS le ridicule ne tue pas », peut-on lire Chez Nico, mais « que pèsent la vision de l’Europe et le respect du débat démocratique à côté de la bataille interne pour la prise de Solfé ??? »

Robert Toulemon regrette de son coté que les dirigeants du PS n’aient « pas eu le courage d’imposer aux minoritaires [à savoir les adversaires du traité] le choix de s’incliner ou de quitter le parti » : « l’abstention a pour objet de marquer le regret d’un referendum qu’en réalité ne souhaitent que les adversaires du traité ».

Enfin, Edgar (La lettre volée) a mis son blog en grève jusqu’au 4 février, date à laquelle le Congrès se réunit à Versailles pour ratifier le Traité de Lisbonne. Il dénonce notamment « le consensus honteux du PS, qui consiste à se réjouir de laisser Sarko faire le sale boulot pour faire avancer l’Europe, qui, comme chacun le sait, ‘est notre avenir’ – comme la taule pour un prisonnier ».

1 Commentaire

  1. « Enfin, Edgar a mis son blog en grève »

    Excellente nouvelle.

    Sinon au sujet du PS, j’avais songé rédiger un post pour déplorer leur médiocrité et puis je me suis dit : « non, pas la peine, c’est uen demi heure de ta vie que tu ne retrouveras jamais, ils ne le méritent pas ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *