Quand la Slovénie préside l’UE …

Depuis le 1er janvier 2008 et pour 6 mois, la Slovénie assure la Présidence du Conseil de l’Union européenne, succédant au Portugal et précédant la France.

Comme le rappelle Jean Quatremer sur son blog, « c’est la première fois, depuis le grand élargissement du 1er mai 2004, qu’un Etat d’Europe de l’Est va exercer cette fonction ». Faut-il y voir là un signe de la réussite de l’élargissement à l’Est ? C’est ce que semble penser le journaliste qui se félicite d’une part de l’intégration à l’espace Schengen (voir carte sur Touteleurope.fr), le 21 décembre 2007, de 9 des 10 pays du « grand élargissement », et d’autre part de l’intégration à la zone euro (voir carte sur Touteleurope.fr), le 1er janvier 2008, de deux de ces pays, Chypre et Malte.

Le Taurillon revient sur ces « trois petits pays » qui ont marqué l’actualité européenne du nouvel an : la Slovénie, Chypre et Malte. A cette occasion, le site publie une fiche de présentation de ce pays de 2 millions d’habitants pour 26 256 km2 et décrypte les priorités de la présidence slovène. Il est question notamment du « dossier brûlant du Kosovo (…) où la petite Slovénie apportera néanmoins à l’UE (et pour cause …) une connaissance exceptionnelle de cette région des Balkans, de ses turbulences, de ses turpitudes et de ses tourments. En espérant que son passé yougoslave et ses actuels (à nouveaux) bons rapports avec Belgrade lui fourniront alors des atouts de médiateur très certainement non négligeables … »

Selon CaféBabel, les marges de manœuvre de ce pays, membre de la zone euro depuis le 1er juillet 2007 et membre de l’espace Schengen depuis le 21 décembre 2007, sont « très limitées », car « traditionnellement les priorités de la présidence doivent s’inscrire dans la continuité et dans le cadre défini en décembre 2006 par ses prédécesseurs, en l’occurrence les Allemands puis les Portugais », à savoir la stratégie de Lisbonne, le renforcement de l’espace de liberté, de sécurité et de justice ainsi que la consolidation de la dimension extérieure de l’UE.

Nouvelle Europe, qui consacre un dossier à la Présidence slovène, s’intéresse plus longuement à l’une des priorités qui distingue la Slovénie de ses prédécesseurs : « la poursuite du processus d’élargissement européen, notamment aux pays des Balkans occidentaux » (voir entretien vidéo avec Jean-Arnault Dérens, journaliste au Courrier des Balkans, sur Touteleurope.fr). En effet, « la Slovénie s’est officiellement positionnée pour que la Serbie obtienne le statut de candidat (voir carte sur Touteleurope.fr). Elle a formulée la même demande pour la Macédoine ». Outre le problème du statut du Kosovo, l’actuel contentieux avec la Croatie, pays déjà candidat, devra lui aussi être dépassé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *