Welcome ! Bienvenue ! Wilkommen !

Depuis le vendredi 21 décembre 2007, l’espace Schengen compte 24 membres. Les pays ayant rejoint l’Union européenne en 2004 (à l’exception de Chypre) viennent d’intégrer cet espace de libre circulation des personnes. Alors que le Royaume-Uni et l’Irlande ont toujours refusés d’en faire parti, la Roumanie et la Bulgarie, membres de l’UE depuis le 1er janvier 2007, devraient suivre. Rappelons que l’espace Schengen compte aussi deux membres associés (non-membres de l’UE) : la Norvège et l’Islande (voir : carte interactive sur Touteleurope.fr).

La presse étrangère (dont les articles sont disponibles en ligne et partiellement traduits par Eurotopics) commente amplement l’événement. La Repubblica, en Italie, s’inquiète de la capacité des Slovènes à assurer le rôle de « gardien de l’espace limitrophe » eu égard le passé récent partagé avec leurs voisins croates ou bosniaques. Der Tagesspiegel, en Allemagne, se veut néanmoins rassurant quant à une éventuelle hausse de la criminalité transfrontalière que craignent les polices transfrontalières allemandes et scandinaves. Mêmes inquiétudes en République tchèque, selon le Lidove noviny. En cause cette fois : le manque de moyen des autorités locales pour faire face à l’afflux probable de voitures allemandes.

Au moment de la scission [de la Tchécoslovaquie], nous ne pensions pas que la question de la frontière trouveraient quelques années plus tard une issue aussi agréable », peut-on lire dans le Sme, en Slovaquie. Der Standard, en Autriche, déplore que certains de leurs confrères attisent les peurs. De son côté, Dnevnik, en Slovénie, se veut lui aussi optimiste en pensant à la séparation culturelle que constitué il n’y a encore pas si longtemps le Rideau de fer.

« L’autre chute du mur » titre ainsi Daniel Riot (Relatio). « Bravo … il ne reste qu’un mur à abattre (…) : celui qui est encore dans trop de tête. » Et c’est de ce dernier « mur » dont il est question sur Publius où Versac se déclare, non sans humour, « très heureux d’accueillir nos gloire de 2005 (en référence à la campagne contre le traité constitutionnel), le plombier polonais et Anna, la jeune Slovaque qui va venir faire de la concurrence à nos bonnes vielles prostitués ». Dénonçant le traitement médiatique « assez troublant » de l’événement, les « hordes de pauvres barbares » venu de l’Est, il préfère dire « merci à nos amis de l’est de nous accueillir ».

Même son de cloche dans les Coulisses de Bruxelles, où l’ouverture de l’espace Schengen à l’Est constitue une « bonne nouvelle ». Jean Quatremer revient pour l’occasion sur la nature et l’histoire de cet accord qui porte le nom d’un village luxembourgeois. Quant à la question de la sécurité, le journaliste de Libération répond que de toute façon « la coopération policière est bien plus efficace que des contrôles aux frontières ».

Signalons enfin, pour les anglophones, l’interview de Pascale Joanin (directrice de la Fondation Robert Schuman) réalisée par France 24 et dont la vidéo est disponible sur Europeus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *