Génération P : une pétition au Parlement européen

« Pour des stages honnêtes et un accès correct au marché du travail européen pour les jeunes », tel est l’objet de cette pétition paneuropéenne que lance Génération P (pour précaire). Ce mouvement non-partisan et à but non-lucratif demande « une intervention de l’Union européenne (UE) pour inclure les stages en général dans les statistiques européennes, pour demander aux Etats-membres de produire des données sur les stages, et à partir de là, produire une étude comparative sur les différents projets de stage existant dans les Etats-membres de l’UE ». Il demande aussi « une intervention de la Commission européenne afin de corriger l’impact négatif des courants projets de stage au sein des Etats-membres de l’UE en adoptant des mesures légales européennes sur des normes minimales et des standards pour les stages ».


Selon Génération P, « l’Allemagne et la France (…) comptent à eux seuls au moins 1,5 millions de stagiaires chaque année. De ce fait, si on considère l’ensemble des Etats-membres de l’UE, il y a chaque année plusieurs millions de stagiaires. »

Une étude de la Confédération syndicale allemande (DGB) montre que presque 40 % des diplômés font des stages. La moitié des personnes interrogées déclare que les stages qu’ils ont effectués ne les a en aucun cas aidés à trouver un emploi correct. Les tâches qui leur sont confiées sont souvent équivalentes à celles des employés, sans qu’ils perçoivent une rémunération équivalente. Pire : 50 % des stages concernant des personnes déjà en possession de leur diplôme ne sont pas du tout rémunérés.

Le bilan que dresse Génération P est sans appel : « les jeunes acceptent ces conditions précaires puisque les circonstances les y forcent très souvent. S’ils ne trouvent pas d’emploi correct mais seulement des stages, ils les préfèrent au chômage. De plus en plus, il n’y a pas d’alternatives tant que les entreprises, qu’elles soient privées à but lucratif, qu’elles appartiennent au secteur non-lucratif ou même au secteur public, offrent toujours plus de stages au lieu d’emplois réels. La conséquence de cet état de fait a été la création d’un marché du travail stagiaire, venant s’ajouter au marché du travail réel dans de nombreux pays au sein de l’Union Européenne. Les pays où la situation est particulièrement inquiétante sont la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et l’Autriche. Les institutions européennes et les lobbys qui les entourent s’ajoutent également à cette liste. »

[La pétition de Génération P]

1 Commentaire

  1. Bravo pour cette idée! Je n’ai plus l’âge des stages, mais mes fils, si. Et je trouve scandaleux que l’on paye le 1/3 du SMIC des stages de 20H/semaine, soit plus de 50% du temps de travail. La rémunération devrait être de 50% du salaire moyen de la catégorie dans laquelle travaille. L’indexation au SMIC est d’ailleurs une erreur, le stage ne donnant pas lieu à octroi d’un salaire, mais à une indemnisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *