Quel avenir pour Publius ?

Faut-il fermer Publius ? C’est la question que pose Versac, l’un des fondateurs de ce blog collectif qui fait autorité sur la Toile européenne, et dont la nature a beaucoup évolué au cours des derniers mois.

Fondé au moment du référendum sur la Constitution européenne, Publius était au départ animé par des blogueurs plutôt proeuropéens. Désireux de promouvoir un débat non partisan, ceux-ci avaient décidé d’ouvrir ses colonnes à des contributeurs plus critiques de l’UE, dont Gus, qui est aujourd’hui l’animateur quasi-unique du site, les autres blogueurs ayant pratiquement cessé de l’alimenter.

D’où les accusations de « dérive eurosceptique » qui affleurent chez certains commentateurs du site. Jean Quatremer s’est notamment fendu d’un commentaire pointant une « intéressante évolution de ce site vers l’euroscepticisme à la Michel Onfray ».


Il y a quelques jours, Edgar (La lettre volée) faisait remarquer, captures d’écran à l’appui, que le journaliste de Libération avait retiré Publius de son blogroll. Ce qui pour lui relève de la censure : « toute la blogosphère européenne bien pensante a beaucoup de mal à reconnaître qu’il n’y a pas que des cro-magnons dans le camp du Non ».

A la fin de son billet, Versac invite de nouveaux contributeurs à rejoindre Publius, pour faire vivre le débat sur ce site, sans quoi il serait contraint de le fermer. Une idée bien accueillie par Gus, « convaincu que seul le débat peut éclairer les choix auxquels nul ne devrait se dérober en démocratie ». La plupart des commentateurs partagent cet avis. D’autres conseillent à Gus d’ouvrir son propre blog, Edgar se proposant même de l’accueillir sur la lettre volée. Affaire à suivre …

[Publius]

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *