Trois entretiens pour décrypter le futur traité

Au terme d’un Conseil européen marathon, les dirigeants européens sont parvenus à un compromis autour d’un « traité réformateur » qui remplacera le projet constitutionnel européen mort-né. Diplomates et juristes s’activent désormais en coulisses pour donner forme à ce texte qui devrait être fin prêt en octobre.

Ils ne sont pas les seuls à travailler en cette période estivale : quelques-uns des principaux sites de la Toile européenne poursuivent la mise en ligne d’analyses et interviews autour de cette question brûlante.


Le Taurillon a recueilli les impressions de Marielle de Sarnez et Giuliano Amato sur le déroulement de cette réforme institutionnelle. La députée européenne (Mouvement Démocrate) se dit globalement satisfaite du contenu du texte mais craint « que ce traité simplifié soit illisible » et ne peut se résoudre à l’abandon des symboles européens. L’ancien vice-président de la Convention regrette surtout « le contexte » qui a prévalu au lancement de la CIG, significatif d’une « renaissance des sentiments nationaux » et d’un « renforcement de la position intergouvernementale ».

De son côté, Notre Europe propose un entretien avec Maria João Rodrigues, conseillère spéciale auprès du Premier Ministre portugais dans le cadre de la présidence portugaise de l’UE. « Il peut y avoir des surprises sur le chemin » d’un accord, prévient-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *